Tag Archives: phone interpreter

Le mot du travail: « to work out »

30 Juil

I find that when my workday of interpreting stressful  (yet fulfilling) phone calls, translating tricky terminology, billing projects and bidding on new ones is over… I am ready to let my brain rest and to get my body working!

I could assimilate all the knowledge and wisdom in the world (if only I had a brain large enough to memorize every bit of information that matters!), but it would not lead anywhere if meanwhile, my body was deprived of any challenge or care. Sure, I could go to the gym and run around in circles like a lab rat (or worse, at a standstill!), or go to my man’s basement and try myself at bodybuilding (and I have before!)…

Woman deadlifting (not me!)

… Whatever physical activity I pick, it has to be fun! But first, let’s review how to express working out in French: Lire la suite

Is there an app for… live language interpreting?

11 Juil

Not quite, but it seems that AT&T is getting pretty close with a new feature they have been offering to their cell-phone users since June 18, 2012 called “AT&T On Demand Interpreter powered by Language Line Services”. By pressing *4, US-based AT&T cell-phone users can have access to a live interpreter, 24/7 in 170 languages… in seconds Lire la suite

Le mot du travail : « œuvrer »

2 Juil

After 5 weeks in Europe, I am finally back in my home office and slowly settling back into a “routine” (in quotation marks because there is honestly nothing repetitive or regular about interpreting and translating… that’s what keeps things interesting!). I cannot believe I did not get a chance to create a single post while in France! I must say that if I ever was at the computer, it was to work on a translation project with a deadline or quickly manage e-mails and prevent an overflow of messages. Lire la suite

Le mot rigolo : «embrouillamini»

30 Mar

I am enjoying following Le mot du jour, which started back in March with a daily French word and Wiktionary definitions. I had to share today’s fun word, which is so perfectly fitting to my daily interpreting calls and some interesting misunderstandings even with my husband:

// embrouillamini // masculine noun: (Colloquial) Confusion. Des embrouillamis regrettables. FR. SYN. Imbroglio (Source: Multidictionnaire) Lire la suite

Leme motfo rifigofolofo : « Langue de feu »

9 Mar

Sivi voufou lifiséfez cefe mefessafagefe, vousfou cofonaifèséfez lafa lanfanguefe defe feufe…

This reads in French: If you can read this message, you know “langue de feu” (pig latin). And I can already tell you: my spell checker hates it! Lire la suite

Mettons à nu la différence entre « Naked » et « Bare »

2 Mar

As Vincent would say in Pulp Fiction: “It’s the little differences…”. Indeed, it is the hints of an accent, a usage that is off, like using a British term in the USA, the wrong preposition, not quite the right term; it is the little things, which unveil your non-native state.
Lire la suite

Le mot rigolo : « capoter »

24 Fév
English: Flag of . Color converted to RGB from...

Image via Wikipedia

In the middle of a customer service call I was interpreting, I stumbled on the expression my Québécois caller used to express her anger: « Mais vous êtes bien capoté, Monsieur! ». I interpreted on the spot as “Are you crazy?” and then when I heard my American caller say: “What did you say?”… I realized I should probably have come out of my interpreter role to explain that our caller thought he had some nerve… As usual, don’t kill the messenger, people! Lire la suite

Des appels au secours, des voix à la rescousse

18 Fév

Today, I would like to invite you to visit the blog Le mot juste en anglais, to read the article I wrote as a contributor on phone interpreting. And if you have not already, subscribe to receive each new post: you won’t regret it… There are lots of very interesting articles related to French/ English language differences, French culture, translation, etc. Enjoy!

Des appels au secours, des voix à la rescousse

Life belt 2                                          Headphones

source : iStockphoto                                                             source : RCF

« Thanks for calling XYZ company, for   English, press 1; para español, oprima el 2 ; pour le français, appuyez sur le 3… » Si vous habitez dans un pays principalement anglophone comme les États-Unis, le Canada ou le Royaume-Uni, vous avez sans doute déjà entendu ce genre de message quand vous appelez votre banque, le service d’assistance technique de votre ordinateur, ou le service aux consommateurs de pratiquement n’importe quelle grande marque.

On est alors soulagé de pouvoir exprimer sa demande dans sa langue maternelle, et parfois déçu quand on se rend compte qu’il va falloir le faire par un(e) interprète en consécutif, et ça prendra donc deux fois plus longtemps…

Découvrons aujourd’hui quelles sont ces « voix », qui interviennent en plein malentendu comme une bouée de secours dans une tempête linguistique. Comment se fait-il qu’il soit possible d’entendre ces mêmes voix dans des milieux aussi différents qu’un appel d’urgence et une commande de lentilles de contact, ou bien pour une demande de solde bancaire et pour une consultation médicale par le haut-parleur du téléphone de la salle d’examen ? Qui sont-elles, ces voix anonymes et même secrètes, omniprésentes, voire omnipotentes, parce qu’elles sont partout, elles entendent tout, elles savent tout et elles sont dans l’ombre de toutes sortes d’opérations financières, médicales, juridiques et technologiques ?

Lire la suite…

Nadia interpreting by phone…

Le mot intello : « quiproquo »

9 Fév

Nothing like doing a little overtime and starting my workday at 7:00 am without coffee…
Coffee (or tea) has a wonderful effect on me: the soothing warmth, the spicy scent, the strong taste and of course… the caffeine! It is also the interpreter’s (or translator’s) required beverage before starting the day, because it might help align all the pathways in the brain and ensure optimal performance (or placebo?). Like a fuel and stimulant to my “cervelle”. Thankfully, in the meantime (and until my first morning break), I have a wonderful home-made banana nut muffin to keep me happy.

Lire la suite

Le coup de gueule de l’interprète invisible, 1ère partie

25 Jan

Note : today’s post will be in French, but I will add an audio file with an English version, which you can listen to while reading the article.

Ce n’est pas parce qu’on est invisible qu’on n’existe pas…

Jour après jour, j’interprète entre l’anglais et le français, par téléphone, de mon bureau à domicile. Vous me direz : « Quelle chanceuse, elle travaille en pyjamas toute la journée, et elle est payée à la minute ! Pas besoin de se soucier d’acquérir de nouveaux clients ou de la comptabilité, ça sonne et elle répond. »

C’est vrai. J’ai de la chance et j’adore mon métier ! Je suis la porte-parole pour des francophones avec un niveau d’anglais limité, qui sont fâchés, frustrés, blessés, mécontents, exigeants ; ou parfois, ils sont de bonne humeur mais ils ont tout simplement besoin d’un renseignement dans leur langue (ça ne sert à rien un renseignement qu’on ne comprend pas, n’est-ce pas ?).

Cependant, parfois (oui, juste quand ça me prend), j’ai envie de pousser un petit coup de gueule… et ce sera d’ailleurs notre mot d’émotion d’aujourd’hui :

// coup de gueule (pousser un) // expression, nom masculin : a rant (to kick up)

Ne vous inquiétez pas, je suis calme et je ne dirai ici rien qui pourrait compromettre mon honneur d’interprète, ni mon sens moral et éthique… Mais dans ce rôle d’interprète, j’entrevois des petits  aperçus dans la vie des gens. J’ai tendance à essayer de me faire oublier,  puisque j’essaie d’être l’instrument d’une communication fluide et efficace. Un peu trop parfois, parce qu’on oublie que je suis humaine, et non pas un ordinateur qui débite des mots comme un robot.

Cependant, ces petits aperçus dans la vie des gens sont bien comiques parfois… J’interprétais par exemple une déclaration enregistrée (de manière très sérieuse et professionnelle bien-sûr) sur un accident de voiture, quand il s’avéra que la voiture en question avait fait l’accident toute seule. Et oui, la voiture avait été garée en pente et le frein à main avait lâché, et donc la pauvre dame avait retrouvé son véhicule en bas de la pente, il était entré tout seul dans un garage en percutant au passage la voiture garée devant… On ne s’en était rendu compte que pendant la déclaration, et j’ai du retenir un petit rire !

Mais souvent, je me sens invisible et j’ai envie de dire à mes interlocuteurs :

1)      Moi pas machine ! On oublie que je suis humaine et que j’ai des limites, je ne suis pas une machine qui recrache tout ce que vous dites en simultané ou en subliminal… l’appel est en conférence, je ne suis pas à côté de votre interlocuteur, et si vous voulez que j’interprète tout ce que vous dites, c’est une bonne idée de vous arrêter parfois ?

2)      Don’t kill the messenger ! On veut tout dire, les insultes aussi, sans prendre en compte que l’interprète est simplement une messagère.  Ce n’est pas de ma faute si la société que vous appelez n’a pas de représentants francophones, si leur service clientèle est à votre avis « pourri »… je suis simplement là pour vous aider à communiquer et à vous faire entendre, alors pourquoi crier, pourquoi interrompre et pourquoi ces insultes ?

3)      J’entends tout, si, si ! Quand nous sommes en attente, je suis en ligne avec vous alors ce n’est pas une bonne idée d’aller vous soulager au cabinet, de parler de votre interprète (quoi que j’aime entendre : « elle parle vraiment bien le français, cette américaine ! Comme une française… » hahaha, elle est bonne celle-là !), ou de révéler les détails de votre complot ou manigances contre la société pour laquelle j’interprète…

4)      Écoutez ! La communication, c’est dans les deux sens… si vous n’écoutez pas les instructions, qu’elles soient dans votre langue ou une autre, et que vous n’arrêtez pas d’interrompre, la conversation durera quand même une heure (tant mieux pour moi !) et pourquoi demander une interprète si vous ne la laissez pas parler ? Et si la juge vous dit de vous taire et d’écouter, ou bien de donner 1-2 phrases à la fois pour qu’elle puisse savoir ce que vous dites à tout instant, c’est aussi une bonne idée d’obéir… c’est Mme la juge, au cas où vous aviez oublié ??

5)      Réfléchissez avant de parler ! Bien que votre estime de mes capacités miraculeuses d’interprète est appréciée, je ne suis pas non plus voyante, ou devin, ou oracle. Je ne vais pas deviner, et je ne sais pas ce que vous pensez… Alors je vous suggère de réfléchir avant de parler pour que je n’aie pas à interpréter vos marmonnements, absurdités et balivernes (cela me met vraiment dans l’embarras auprès de mon client qui pense que j’ai perdu la raison !). Et je ne peux pas non plus vous mettre des mots dans la bouche quand vous me demandez, désolée… Prenez votre temps pour bien formuler vos réponses, nous parviendrons ainsi à une communication bien plus efficace, soyez-en assuré !

Voilà, c’est tout pour mon petit coup de gueule. Ne vous inquiétez pas, chers lecteurs, chères lectrices, je n’abuserai pas non plus de votre indulgence et ce genre d’article ne sera pas publié trop fréquemment. Merci à vous, de m’avoir écoutée/ lue… je me sens libérée.

Et vous, besoin de pousser un coup de gueule? Allez-y, il est là pour ça ce billet… apportez vos commentaires ci-dessous! Bonne journée !

%d blogueurs aiment cette page :