Tag Archives: emotion

The Olympic Torch – a linguistic perspective

25 Juil

As the 2012 Summer Olympic Games Opening Ceremony approaches, so the Olympic torch approaches London. When the torch enters the stadium, this Friday, July 27, and is used to light up the cauldron, the Games will be declared open.

Lire la suite

Le mot d’émotion : « éphémère »

4 Juil

Mon séjour en France a pris fin il y a déjà plus d’une semaine, et je ne peux pas m’empêcher de ressentir aussi bien une satisfaction du fait d’avoir vraiment bien profité de nos cinq semaines là-bas, qu’une mélancolie du fait de ne pas pouvoir revenir en arrière ou prolonger cette période. Lire la suite

Le mot d’émotion : « Pleurer comme une madeleine »

7 Mar

Mes madeleines, home-made

Don’t worry, I am not crying my eyes out today, but I thought it would be a great excuse to also share one of my favorite French “biscuits/ petits gâteaux” (or as Nancy’s® likes to say, “small bites”). Baking a sizable batch is on my list this week, because I have been craving my little lemony, light madeleines, which so perfectly accompany my afternoon tea or coffee. Lire la suite

♥ Le mot d’émotion : « Éperdu d’amour » ♥

15 Fév

Our Valentine’s day topic… continued. Why? Because in French, we love l’amour of course! It really is the most important topic of our literature (from “Madame Bovary” to “Les fleurs du mal”), music, and cinematography. This makes it really hard if you are single and strolling through the streets of Paris… love is in the air, especially this week! Lire la suite

♥ Le mot d’action : « un geste d’amour » ♥

14 Fév

Un regard, une étreinte, un touché, un baiser,
Des paroles et des gestes d’amour toute l’année ;
Bien plus que des chocolats ou quelques fleurs à la St-Valentin,
Ce sont ces gestes qui ravivent l’amour, chaque matin
Chaque jour, chaque soir et pour toujours
C’est ça le secret d’un éternel amour.

~ Nadia Price, mariée depuis 10 ans

It does not quite rhyme I know…  I am no poet, just a translator-interpreter-blogger. However, on Valentine’s Day, I wanted to share the key to everlasting love ♥, in my book. Lire la suite

L’enthousiasme américain : patriotisme ou chauvinisme ?

8 Fév

Alors que je suivais le Superbowl dimanche dernier avec intérêt, sachant que ce match, et surtout ce grand spectacle, serait suivi dans le monde entier, je me demandais ce que le reste du monde pensait de ces démonstrations de richesse et de patriotisme. En Europe, on chante l’hymne national uniquement lors d’un match international, entre plusieurs nations. C’est donc toujours encore surprenant pour moi d’entendre l’hymne national, et de voir le drapeau Américain brandi à chaque match de football, baseball ou basketball… même au niveau local, entre différentes villes, universités, ou différents lycées. Et je me demandais si ces démonstrations de dévotion pour les États-Unis proviennent plutôt d’un sentiment de patriotisme, ou de chauvinisme arrogant, voire dédaigneux ? Lire la suite

L’expression du jour : « Manque de bol/ pot »

1 Fév

Sometimes I plan my postings ahead of time and they magically post at 8 am each morning… other times, I have to “wing it” on the same day, like today. And if I truly wrote about emotions today, they would be negative: frustrated (“frustré(e)”), angry (“en colère”), upset (“fâché(e)” or “contrarié(e)”) … so I will not.

But I can tell you the reason for these feelings, a total…

// manque de bol/ manque de pot // expression, masculine noun: tough luck, (literally:) lack of luck

Speed Limit What???

Image by Joe Shlabotnik via Flickr

That is right… I got up 15 minutes late, I did not realize I was speeding on a small street posting 35 mph speed limit in my town and got a ticket, then I mixed up my medical appointment time, which caused me to arrive to work late. Although I called in, I got an “occurrence” (like a flag in football, basically!). Most people, including my husband, will disagree with my assessment of the situation as tough luck; but I really did not do any of this on purpose, and feel like a victim of (somewhat self-inflicted) negative circumstances. BUT… crap happens, to all of us… c’est la vie!

English: Wooden bowl found on board the 16th c...

Image via Wikipedia

Antonym: // coup de bol / avoir du bol // expression, masculine noun: (to get) lucky

Usage:

Elle a manqué son train de moins d’une minute, quel manque de bol ! // She missed her train by less than a minute, tough luck!

Il manque vraiment de pot : c’est la deuxième fois qu’il reçoit une visite de l’inspecteur ! // He has really bad luck: it is the second time he is being inspected!

Elle se retrouve à chaque fois en tête de liste d’attente, elle a vraiment du bol celle-là ! // She gets at the top of the waiting list every time, she is really lucky this one!

Quel coup de bol : un numéro gagnant au Lotto ! // Now that is a stroke of luck: a winning number at the lottery!

Pour aujourd’hui, je vous souhaite à tous, chers lecteurs, chères lectrices, beaucoup de bol !!

Le mot intello: « comblé »

26 Jan

After a good, intense, cardio-step workout, the rant is over and it is time to focus back on the positive… Are you with me?

I am an optimist, always have been. And when I deal with a tough situation or face hardships and challenges, I first let the negative out (whether it is a good scream, cry, kick, workout or knockout – nobody is injured though, I promise). Then, once I am calmed down, I go into a meditative mode and I pray, sing, count my blessings. And when I do, I realize that I have a wonderful life!

Today’s word is intelligent, only in the sense that if you use this term in speaking French, you demonstrate a higher command of the language, a more advanced level. It is not pompous either, so go ahead, use it!

// comblé(e) // adjective: fulfilled, satisfied, overjoyed

Usage :

The declaration of love

Image via Wikipedia

Je suis absolument comblée de joie ! // I am absolutely overjoyed !

Sa déclaration d’amour m’a comblée. // His declaration of love filled me with joy.

Merci beaucoup, je suis comblé!  // Thank you very much, I don’t know what to say!

Le prince combla de cadeaux ses invités d’honneur. // The prince lavished presents on his honored guests.

I am going to keep it short today, but maybe you can use today’s word in a sentence and comment below. Tell us what you are overjoyed about…

Example :  « Je suis comblée de joie à l’idée de retourner en France auprès de ma famille et de mes amis cet été ! »

ATTENTION!!

Don’t mix up with the noun « Le comble », which figuratively, means « the height of… » and literally means « roof space »!

Le coup de gueule de l’interprète invisible, 1ère partie

25 Jan

Note : today’s post will be in French, but I will add an audio file with an English version, which you can listen to while reading the article.

Ce n’est pas parce qu’on est invisible qu’on n’existe pas…

Jour après jour, j’interprète entre l’anglais et le français, par téléphone, de mon bureau à domicile. Vous me direz : « Quelle chanceuse, elle travaille en pyjamas toute la journée, et elle est payée à la minute ! Pas besoin de se soucier d’acquérir de nouveaux clients ou de la comptabilité, ça sonne et elle répond. »

C’est vrai. J’ai de la chance et j’adore mon métier ! Je suis la porte-parole pour des francophones avec un niveau d’anglais limité, qui sont fâchés, frustrés, blessés, mécontents, exigeants ; ou parfois, ils sont de bonne humeur mais ils ont tout simplement besoin d’un renseignement dans leur langue (ça ne sert à rien un renseignement qu’on ne comprend pas, n’est-ce pas ?).

Cependant, parfois (oui, juste quand ça me prend), j’ai envie de pousser un petit coup de gueule… et ce sera d’ailleurs notre mot d’émotion d’aujourd’hui :

// coup de gueule (pousser un) // expression, nom masculin : a rant (to kick up)

Ne vous inquiétez pas, je suis calme et je ne dirai ici rien qui pourrait compromettre mon honneur d’interprète, ni mon sens moral et éthique… Mais dans ce rôle d’interprète, j’entrevois des petits  aperçus dans la vie des gens. J’ai tendance à essayer de me faire oublier,  puisque j’essaie d’être l’instrument d’une communication fluide et efficace. Un peu trop parfois, parce qu’on oublie que je suis humaine, et non pas un ordinateur qui débite des mots comme un robot.

Cependant, ces petits aperçus dans la vie des gens sont bien comiques parfois… J’interprétais par exemple une déclaration enregistrée (de manière très sérieuse et professionnelle bien-sûr) sur un accident de voiture, quand il s’avéra que la voiture en question avait fait l’accident toute seule. Et oui, la voiture avait été garée en pente et le frein à main avait lâché, et donc la pauvre dame avait retrouvé son véhicule en bas de la pente, il était entré tout seul dans un garage en percutant au passage la voiture garée devant… On ne s’en était rendu compte que pendant la déclaration, et j’ai du retenir un petit rire !

Mais souvent, je me sens invisible et j’ai envie de dire à mes interlocuteurs :

1)      Moi pas machine ! On oublie que je suis humaine et que j’ai des limites, je ne suis pas une machine qui recrache tout ce que vous dites en simultané ou en subliminal… l’appel est en conférence, je ne suis pas à côté de votre interlocuteur, et si vous voulez que j’interprète tout ce que vous dites, c’est une bonne idée de vous arrêter parfois ?

2)      Don’t kill the messenger ! On veut tout dire, les insultes aussi, sans prendre en compte que l’interprète est simplement une messagère.  Ce n’est pas de ma faute si la société que vous appelez n’a pas de représentants francophones, si leur service clientèle est à votre avis « pourri »… je suis simplement là pour vous aider à communiquer et à vous faire entendre, alors pourquoi crier, pourquoi interrompre et pourquoi ces insultes ?

3)      J’entends tout, si, si ! Quand nous sommes en attente, je suis en ligne avec vous alors ce n’est pas une bonne idée d’aller vous soulager au cabinet, de parler de votre interprète (quoi que j’aime entendre : « elle parle vraiment bien le français, cette américaine ! Comme une française… » hahaha, elle est bonne celle-là !), ou de révéler les détails de votre complot ou manigances contre la société pour laquelle j’interprète…

4)      Écoutez ! La communication, c’est dans les deux sens… si vous n’écoutez pas les instructions, qu’elles soient dans votre langue ou une autre, et que vous n’arrêtez pas d’interrompre, la conversation durera quand même une heure (tant mieux pour moi !) et pourquoi demander une interprète si vous ne la laissez pas parler ? Et si la juge vous dit de vous taire et d’écouter, ou bien de donner 1-2 phrases à la fois pour qu’elle puisse savoir ce que vous dites à tout instant, c’est aussi une bonne idée d’obéir… c’est Mme la juge, au cas où vous aviez oublié ??

5)      Réfléchissez avant de parler ! Bien que votre estime de mes capacités miraculeuses d’interprète est appréciée, je ne suis pas non plus voyante, ou devin, ou oracle. Je ne vais pas deviner, et je ne sais pas ce que vous pensez… Alors je vous suggère de réfléchir avant de parler pour que je n’aie pas à interpréter vos marmonnements, absurdités et balivernes (cela me met vraiment dans l’embarras auprès de mon client qui pense que j’ai perdu la raison !). Et je ne peux pas non plus vous mettre des mots dans la bouche quand vous me demandez, désolée… Prenez votre temps pour bien formuler vos réponses, nous parviendrons ainsi à une communication bien plus efficace, soyez-en assuré !

Voilà, c’est tout pour mon petit coup de gueule. Ne vous inquiétez pas, chers lecteurs, chères lectrices, je n’abuserai pas non plus de votre indulgence et ce genre d’article ne sera pas publié trop fréquemment. Merci à vous, de m’avoir écoutée/ lue… je me sens libérée.

Et vous, besoin de pousser un coup de gueule? Allez-y, il est là pour ça ce billet… apportez vos commentaires ci-dessous! Bonne journée !

Les onomatopées… « aïe!! »

24 Jan

Firstly, the Merriam-Webster definition:

ONOMATOPOEIA

1: the naming of a thing or action by a vocal imitation of the sound associated with it (as buzz, hiss)
2: the use of words whose sound suggests the sense
You know what they are, dear readers… These little sounds that we all make daily, whether we are expressing exctasy and anticipation upon being presented with a delicious, mouth-watering dessert (yum!! in English, or miam!! in French) or disgust when our sense of modesty or manners (savoir-vivre) has been challenged (yuk!! in English, or beurk!! in French).

Credits: Uderzo

I was reminded of these little interjections today, as I was reading a raving review of the new book « Les trucs d’anglais qu’on a oublié de vous enseigner » by Grant Hamilton, on the blog Le mot juste en anglais. I have myself been immersed in the American-English language for so many years (I think 10…), that I don’t even realize how « native » I have gone…

The beautiful thing about becoming bilingual, is that you instinctively switch the way your express yourself, your sounds, your intonation, even your body language from one language « set of rules » to the other!
After my first full-year immersion in the USA (I was 18 and worked as an au pair in South Carolina), I experienced the « reverse culture shock » when I returned to Strasbourg, France, to start my language studies. What was very strange, was that when I started classes the other students were convinced I was American!
They would come up to me and introduce themselves in English: « You are ze Américaine, right? ». I would reply in French, explain that I just came back from 1 year in the US but that I was from a village 60 km South of here… only to realize that my intonation in French had not quite yet returned to normal.
onomatopoeia

Image by sekundo via Flickr

But rest assured, dear French-learners… the balance comes back. You eventually truly switch everything, and you start sounding « native » in both languages. So when I speak English, or even if I speak French to my American husband (which we have only done for 1 year now) but I am located in the USA, I say « ouch!! » when it hurts, « darn!! » when I am upset, « bang!! » when I talk about a door shutting.
But, when I speak French, or I am talking to a Francophone, I say « aïe!! » (or aï-eeeeeuh when it really hurts!), « zut!! », « boum!! » respectively.
So you will know when the French language has become like a second skin to your whole body, not just your tongue, when you start reacting with these fun onomatopoeia. The best way to learn them: read some Tintin or Astérix et Obélix comic strips books, and you will be all set!
%d blogueurs aiment cette page :